Les Prières

Quelle est l'origine de l'Angélus ?

L'Angélus appelle trois fois par jour les fidèles à la prière. C'est une prière de l'Église catholique d'Occident qui commémore l'Annonciation. Publié le 21 juillet 2015.

La tradition de l'Angélus "sonné" perdure dans certaines régions. Chaque jour, à 6 heures du matin, à midi, et à 18 heures, les cloches du village sonnaient sonnaient trois fois trois coups, suivis d'une sonnerie en volée.

Les cloches appelaient ainsi les chrétiens à une prière toute simple, dont les premiers mots étaient : Angelus Domini ("L'Ange du Seigneur")... Chacun alors, cessait son activité pour se tourner vers l'église ou le calvaire le plus proche et récitait brièvement la prière pour remercier la Vierge d'avoir enfanté le Seigneur. 

1. L'ange du Seigneur porta l'annonce à Marie,
- elle conçut du Saint-Esprit.

2. Je suis la servante du Seigneur,
- qu'il me soit fait selon ta parole.

3. Et dans notre monde, le Verbe s'est fait chair,
- et il a habité parmi nous.

Prie pour nous sainte Mère de Dieu
pour que nous soyons dignes des promesses

de notre Seigneur Jésus Christ.  

Amen !

A l'origine, le Pape Urbain II avait ordonné pendant la première croisade de prier la Vierge à midi pour ceux qui étaient partis défendre le tombeau du Christ. Le roi Louis XI ordonna en 1472 de faire sonner l'angélus dans tout le Royaume le matin, à midi et le soir. Depuis, cette pratique s'est répandue en France et dans les autres pays. 

Certains attribuent aussi la création de l'Angélus à François d'Assise qui lors de son voyage en Orient eut l'idée de créer un appel à la prière des catholiques, semblable à l'appel à la prière des musulmans. 

Aujourd'hui encore, à ce rythme, moines et moniales interrompent leurs activités pour quelques instants de prière, faisant mémoire du message de Dieu, transmis à la Vierge par l'archange Gabriel. Cette pratique a progressivement décliné notamment en milieu urbain. A Rome toutefois, chaque dimanche à midi, la foule se réunit sous les fenêtres du pape pour prier avec lui l'Angélus qu'il introduit par une courte méditation et, parfois, par un rapide commentaire sur l'actualité - heureuse ou tragique - du monde.

Prières

V. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie
R/ Et elle conçut du Saint-Esprit.Je vous salue Marie, pleine de grâce,
Le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes,

Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant, et à l'heure de notre mort.V. Voici la Servante du Seigneur
R/ Qu’il me soit fait selon votre parole.
Je vous salue Marie... V. Et le Verbe s’est fait chair
R/ Et il a habité parmi nous.
Je vous salue Marie...V. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
R/ Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.Prions. Que ta grâce, Seigneur, se répande en nos cœurs. Par le message de l'ange, tu nous a fait connaitre l'Incarnation de ton Fils bien aimé, conduis-nous, par sa passion et par sa croix jusqu'à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur.
R/ Amen. 

Les neuf manières de prier de saint Dominique

« Pendant la journée il parlait de Dieu aux hommes,
et la nuit, en prière, il parlait des hommes à Dieu »

1e Manière : La Prière des Inclinations

Je suis, à genoux, devant Toi, Seigneur.

  • Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous, adorons le Seigneur qui nous a faits. (Ps 94,8)
  • Garde-moi, mon Dieu, j’ai fait de toi mon refuge. J’ai dit au Seigneur
  • « Tu es mon Dieu, je n’ai pas d’autre bonheur que toi » (Ps 15, 1-2)
  • Des profondeurs, je crie vers toi, Seigneur, écoute mon appel :que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière. (Ps 129,1-2)
  • A toi, Dieu, nous rendons grâce.Nous rendons grâce et ton Nom est proche. (Ps 74,2)

2e Manière : La Prière des Prostrations

Allongée, sur la poussière, mon âme vient vers Toi et ton amour la rachète.

  • Il relève le pauvre de sa misère. (Ps 106,4)
  • Dans mon trouble, je disais : « Je ne suis plus devant tes yeux ».pourtant tu écoutais ma prière quand je criais vers Toi. (Ps 30,23)
  • Mon âme est collée à la poussière ; fais-moi vivre selon ta Parole. (Ps 118,25 )
  • Quand le Seigneur apparaîtra dans sa gloire,il se tournera vers la prière du spolié ; il n’aura pas méprisé sa prière. (Ps 101,17)

3e Manière : La Prière du « Sang »

Aie pitié de moi, ô mon Dieu, dans ton immense miséricorde.

  • Il est proche du cœur brisé (Ps 33,19)
  • Attentif au sang versé, il se rappelle.Il n’oublie pas le cri des malheureux. (Ps 9a,13)
  • Seigneur, corrige-moi sans colère et reprends-moi sans fureur (Ps 6,2)
  • Béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière,ni détourné de moi son Amour. (Ps 65,20)

4e Manière : La Prière des Regards

Vers Toi, je crie, Seigneur, ne sois pas sourd à ma voix.
Entends mon appel.

  • Qui regarde vers lui resplendira (Ps 33,2)
  • Vers Toi, j’ai les yeux levés ; vers Toi qui es au ciel. (Ps 122,1)
  • Nos yeux levés vers le Seigneur notre Dieu attendent sa pitié (Ps 122,2c)
  • Je t’exalte, Seigneur, tu m’as relevé ;quand j’ai crié vers Toi, tu m’as guéri. (Ps 29,2-3)

5e Manière : La Prière des Mains

Comme les yeux des serviteurs sont tournés vers leurs maîtres,
aussi mes yeux se tournent vers Toi, Seigneur.

  • Levez les mains vers le Sanctuaire et bénissez le Seigneur. (Ps 133,2)
  • Le Seigneur me donne selon ma justice,
    selon la pureté des mains que je lui tends. (Ps 17,25)
  • Entends la voix de ma prière quand je crie vers Toi ;quand j’élève les mains vers le Sanctuaire. (Ps 27,2)
  • Tous les peuples, battez des mains : acclamez Dieu par vos cris de joie. (Ps 46, 2)

6e Manière : La Prière de « Violence »

Je crie vers Toi au long de mes jours,
et je lève mes mains vers Toi, Seigneur.

  • Il est proche de ceux qui l’invoquent en vérité. (Ps 144,18)
  • Je tends les mains vers Toi : me voici devant Toi
    comme une terre assoiffée. (Ps 142,6)
  • Je t’appelle, Seigneur, tout le jour. Je tends les mains vers Toi. (Ps 87,10)
  • O Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton Nom par toute la terre. (Ps 8,2)

7e Manière : La Prière d’Imploration

Comme l’encens, ma prière monte vers ta présence,
Au soir de ma vie, que mes mains soient levées vers Toi.

  • Un pauvre crie, le Seigneur entend. (Ps 33,7)
  • Que ma prière devant Toi s’élève comme l’encenset mes mains comme l’offrande du soir. (Ps 140,2)
  • Pourquoi, Seigneur, es-tu si loin ?
  • Pourquoi te cacher aux jours d’angoisse ? ( Ps 9b,11 )
  • De tout mon cœur, Seigneur, je rendrai grâce ;je dirai tes innombrables merveilles. (Ps 9a, 2)

8e Manière : La Prière d’Intimité

Je veux entendre la Parole de Dieu,
Je veux comprendre ce que Dieu veut me dire.

  • Dans le Livre est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse (Ps 39,9)
  • Déchiffrer ta Parole illumine et les simples comprennent (Ps 118,30)
  • Montre-moi comment garder ta Loi que je l’observe de tout mon cœur (Ps 118,34)
  • Je trouve en tes commandements mon plaisir, je n’oublie pas ta Parole. (Ps 118,16)

9e Manière : La Prière en Chemin

Sur les chemins de l’amour de la Trinité…

  • Quand le Seigneur conduit les pas de l’homme,ils sont fermes et sa marche lui plaît (Ps 36,23)
  • O ma joie quand on m’a dit : « Allons à la maison du Seigneur » (Ps 121,1)
  • Seigneur, enseigne-moi tes voies ; fais-moi connaître ta route.Diriges-moi par ta vérité, enseigne-moi. (Ps 24,4)
  • Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien .
    Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal car tu es avec moi. (Ps 22,4)

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit…

L’importance de la prière pour les morts.

La prière est par définition une disposition intérieure et/ou extérieure par laquelle un être humain tout en reconnaissant les limites de sa stature de créature élève vers son créateur une expression qui peut être celle de louange, de gratitude, de supplication, d’intercession et bien d’autres encore en fonction des diverses circonstances. La prière pour les morts est alors liée de manière implicite à l’espérance chrétienne. Certains passages de la Bible tendent à montrer que la prière pour les morts fait partie d’une des plus anciennes pratiques chrétiennes. Si, prier pour les morts relève de la tradition chrétienne, la problématique principale de la question de l’importance de la prière pour les morts est alors celle du pourquoi ? pourquoi prions-nous pour les morts ? La réponse à cette question nous amène alors à examiner trois grands points qui sont les suivants : Prier pour nos morts est un acte de charité, c’est aussi une démarche de foi, c’est enfin biblique de prier pour nos morts.

Pour la tradition chrétienne, le monde des vivants et le monde des morts sont en communion auprès de Dieu, et de même que les morts peuvent prier pour les vivants (intercessions des saints), de même les vivants peuvent prier pour les morts (prière pour les défunts). Cette communion entre les vivants et les morts se retrouve dans l’Ancien Testament au Second Livre des Maccabées 2 M 12,43-45 où il est écrit « Puis, ayant fait une collecte d’environ 2000 drachmes, [Judas Maccabées] l’envoya à Jérusalem afin qu’on offrît un sacrifice pour le péché, agissant fort bien et noblement d’après le concept de la résurrection. Car, s’il n’avait pas espéré que les soldats tombés dussent ressusciter, il était superflu et sot de prier pour les morts, et s’il envisageait qu’une très belle récompense est réservée à ceux qui s’endorment dans la piété, c’était là une pensée sainte et pieuse. Voilà pourquoi il fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché. » Et dans le Nouveau Testament dans la lettre de saint Paul aux Corinthiens 1 Co 15,29. où il leur propose une attitude pour les morts dans les termes qui suivent « S’il en était autrement [i.e. : s’il n’y avait pas de résurrection des morts], que gagneraient ceux qui se font baptiser pour les morts ? Si les morts ne ressuscitent absolument pas, pourquoi donc se fait-on baptiser pour eux ? »

Pour ce qui est de l’acte de charité, nous pouvons dire que prier pour nos morts est ce qu’il y a de plus charitable à faire pour ces proches que nous avons connus et qui nous ont quittés dans diverses circonstances. Nous avons le devoir de prendre soin de nos morts, de passer du temps pour leur ensevelissement. Les œuvres corporelles de miséricorde prescrivent cela : c’est jusqu’au bout qu’il faut prendre soin, c’est jusque dans la mort que nous sommes invités à l’attention pour ce frère, cet ami, ce compagnon de route. La charité à la quelle nous sommes tous appelés ne peut se manifester qu’à travers le témoignage que je porte vis-à-vis de ces personnes qui nous ont marquées et qui nous ont précédées dans la demeure éternelle du père qui est aussi la nôtre. Si nos différentes cultures accordent une importance particulière à nos morts combien plus alors notre foi chrétienne qui nous invite à garder vivante la mémoire des défunts parmi nous et en même temps de continuer de leur témoigner notre solidarité même au-delà de la mort. Voilà une manifestation de la charité qui s’aligne bien sur le principe d’espérance de vie après la mort que nous confessons. Une des prières pour les défunts de notre tradition chrétienne catholique le formule d’ailleurs très bien en ces termes « Tu nous as montré, Seigneur, la force de ton amour quand ton Fils voulut souffrir pour nous jusqu’à mourir sur une croix. Aujourd’hui, nous comptons encore sur ta tendresse et ta puissance : accorde à ton serviteur (ta servante) N… notre frère (notre sœur), de partager la victoire du Christ sur la mort et de communier à sa vie de ressuscité. ».

Cette démarche de charité n’est pas détachée de l’aspect de notre démarche de foi. En effet il existe trois types d’églises dont la première est appelée “Eglise triomphante” constituée des saints ; la deuxième “Eglise souffrante” constituée des âmes du purgatoire et la dernière, la nôtre, “Eglise militante” constituée par les vivants. L’Eglise militante est donc l’Eglise présente sur cette terre. On la dit militante, parce qu’elle est l’Eglise de ceux qui “mènent le bon combat”, comme dit saint Paul. Nous sommes les seuls membres de l’Eglise à être encore engagés dans l’histoire et donc à devoir “nous battre” pour rester fidèles à notre vocation à la sainteté. Mais nous prions aussi pour alléger les souffrances des âmes du Purgatoire et nous comptons sur les mérites et l’intercession des saints du Paradis. C’est cela la communion des saints. C’est donc un devoir de foi que de soutenir ceux et celles qui sont en transition au sein de l’église souffrante. De la même manière que les membres de l’église triomphante prient pour nous autres de l’église militante et de l’église souffrante, de la même manière nous sommes nous aussi appelé à prier pour les membres de l’église souffrante afin de nous soutenir mutuellement au sein de l’église toute entière.

Comme nous l’avons dit enfin ces deux dimensions de la charité et de la démarche de foi sont basées sur la bible. En effet nous pouvons nous inspirer du texte Lc 16, 19-20.22-24 : « Il y avait un homme riche qui se revêtait de pourpre et de lin fin et faisait chaque jour brillante chère. Et un pauvre, nommé Lazare, gisait près de son portail, tout couvert d’ulcères. Or il advint que le pauvre mourut et fut emporté par les anges dans le sein d’Abraham. Le riche aussi mourut, et on l’ensevelit. « Dans l’Hadès, en proie à des tortures, il lève les yeux et voit de loin Abraham, et Lazare en son sein. Alors il s’écria : « Père Abraham, aie pitié de moi et envoie Lazare tremper dans l’eau le bout de son doigt pour me rafraîchir la langue, car je suis tourmenté dans cette flamme. » Nous voyons bien ici que les morts ont besoin de secours extérieurs afin de les aider à vivre leurs tourments. Et la bible nous ayant ainsi présenter la nécessité pour les défunts d’obtenir de l’aide nous recommande plus loin de prier pour eux tel que le fait saint Paul pour son ami Onesiphore dans 2 Tim 1, 16-18 : « Que le Seigneur fasse miséricorde à la famille d’Onésiphore, car souvent il m’a réconforté, et il n’a pas rougi de mes chaînes ; au contraire, à son arrivée à Rome, il m’a recherché activement et m’a découvert. Que le Seigneur lui donne d’obtenir miséricorde auprès du Seigneur en ce Jour-là. Quant aux services qu’il m’a rendus, à Éphèse, tu les connais mieux que personne. » Le fait que Paul prie pour son ami défunt entraîne deux conséquences la première que prier pour les morts est une bonne chose, la seconde que notre prière leur apporte un bienfait. Ainsi, Onésiphore est dans un stade où il peut bénéficier des prières à son égard (ce qui n’est pas possible en enfer et inutile au ciel) : il est donc au Purgatoire.

Sur la base de ces quelques trois éléments, nous avons pu nous rendre compte de l’importance de la prière pour les morts. Nous avons vu que prier pour les morts relève de la longue tradition chrétienne dès les premiers siècles de l’église. Prier pour les morts est un acte de charité, une démarche de foi de l’église militante et enfin prier pour les morts a des fondements bibliques. Alors prions pour nos morts, car aujourd’hui nous prions pour eux, demain nous verrons aussi des prières élevées à notre endroit.

 

 

 

« L’IMPORTANCE DE LA PRIERE POUR LES MORTS» : témoignage d’une jeune dominicaine.

Une fois qu’on a perdu un proche, il surgit le bouleversement et la confusion. Mais je peux vous rassurez que, tout peut être différent si on repose sa confiance en Dieu notre consolateur. De mon expérience personnelle, j’ai ressenti un grand bien de prier avec mes frères de la Jeunesse Dominicaine lors du décès de mon papa. Ils ont su m’accompagner et me restaurer en méditant avec moi et en élevant des prières d’intercession en faveur de mon défunt papa. Grace à leur soutien spirituel, j’accorde aujourd’hui une importance particulière à la prière pour les défunts.

Prier pour les personnes disparus est la plus belle chose que nous puissions faire pour ceux-là qui ont été nos parents, nos amis, nos frères ou nos sœurs. Car c’est l’unique moyen pour nous de pouvoir leur témoigner de notre soutien en intercédant pour eux auprès du Père. De nombreux défunts ont besoin de purification pour vivre l’éternité auprès de Dieu. Ainsi, nos prières peuvent hâter la marche vers l’Amour de ceux que nous aimons et qui nous ont quittés. Le Seigneur n’a pas besoin de nous pour exercer sa miséricorde pour purifier l’âme au feu de l’amour, mais il nous propose de nous associer à cette miséricorde. Nous pouvons donc faire beaucoup pour les défunts, car nous sommes riches du don de Dieu. Nos humbles prières ont un grand pouvoir pour nos amis défunts : ils touchent le cœur de Dieu. C’est lui-même qui nous inspire de prier pour nos défunts (Jean, 11,25-26) afin de demander pour eux sa miséricorde. Il ne demande qu’à se laisser vaincre par notre appel pour qu’un jour nous nous retrouvions tous dans son Amour.

Durant ma période de deuil, j’ai été touché et inspiré par le témoignage de Sainte Gertrude, dont la dévotion était la prière pour les défunts. Et c’est par cette belle prière qu’elle formula au Seigneur en faveur des âmes du purgatoire que je conclurai en disant: 

« Père éternel, je vous offre le sang très précieux de votre divin fils Jésus, en union avec les messes célébrées aujourd’hui dans le monde entier, pour toutes les saintes âmes du purgatoire, pour les pécheurs, du monde entier et de l’Eglise universelle, en particulier ceux de ma famille ! Amen ».

Carine DONGMO, jeune dominicaine.